Chypre de long en large et en travers

Avant de vous proposer une destination, nous effectuons généralement un repérage et vous proposons un article dans ce guide. Avant de partir nous avions le préjugé comme quoi la culture chypriote devait être un amalgame de cultures grecque et turque. Au cours de notre périple, nous nous sommes assez vite rendus compte que c’était beaucoup plus clivé : du côté « grec » vous avez clairement la sensation d’être sur une île 100% grecque et quand vous êtes du côté turc, vous basculez entièrement en Turquie. Il en résulte un véritable dépaysement quand vous franchissez la frontière. Voici donc notre journal de bord.

Dimanche : Larnaca et ses petits villages environnants.
Pour ce repérage, nous sommes logés dans la station balnéaire d’Agia Napa, à environ 40 minutes de l’aéroport de Larnaca. C’est la station balnéaire la plus festive de l’île : de notre hôtel, le « Nissi Beach » jusqu’au port (environ 5 km), se succèdent sans interruption les bars, boutiques et restaurants. Bien sûr en février c’est beaucoup moins animé, mais cela donne une idée tout de même du potentiel de la station.

Pour notre première journée, nous partons faire un petit circuit à partir de Larnaca, vers l’ouest, longeant le littoral, pour remonter dans les terres au niveau du village de Maroni. La première chose qui nous a frappé sur cette île c’est la couleur verte : tout est verdoyant et fleuri. Nous nous attendions à une île un peu sèche comme Rhodes ou la Crète, mais c’est tout le contraire : le vert nous saute aux yeux de partout.

 

Notre première halte est le village de Maroni : il faut monter tout en haut pour rejoindre le centre –ville. On découvre alors un petit village charmant aux maisons imbriquées les unes dans les autres, toutes blanches avec les portes bleues. Au sol : tout est carrelé, c’est magnifique. Nous nous arrêtons pour prendre quelques photos de l’église orthodoxe et passons devant le « mini market » : petite épicerie charmante ou vous pourrez acheter de quoi piqueniquer et pourquoi pas un petit yaourt, délicieux.

Nous continuons pour le site néolithique de CHOIROKOITIA, classé au patrimoine mondial de l’unesco. Il s’agit d’un village préhistorique. C’est ici que ce sont installés les premiers habitants de Chypre il y a 9500 ans. Venant d’Anatolie ils ont peu à peu introduit différents animaux pour la chasse : sangliers, cerfs… Au début ils faisaient des allers/retours entre le continent et l’île puis se sont installés définitivement pour créer leur propre civilisation. On découvre leur savoir faire au niveau de la maçonnerie : ils vivaient dans des petites maisons circulaires faites en pierres, bois et argile. Ils avaient également leurs propres rites : ils enterraient leurs morts à l’intérieur de leurs maisons, afin de ne pas être séparés d’eux. C’est pourquoi on a retrouvé des ossements sous les maisons.

 

De retour à Larnaca, nous prenons un pot au centre ville relativement animé. L’intérêt de cette ville c’est le château en hauteur.

Lundi : Massif de Troodos
C’est parti pour 2 jours d’excursions : on traverse l’île d’est en ouest jusqu’à Paphos en passant par les montagnes de Troodos. Pour se rendre à Troodos, 2 itinéraires possibles depuis Larnaca : soit par le sud en longeant le littoral jusqu’à Limassol puis en remontant vers le massif, soit par le nord en suivant la frontière avec Chypre Nord. Nous optons pour le nord. D’abord nous parcourons des paysages de plaine, avec beaucoup de verdure, puis petit à petit se dessinent les reliefs, on commence à apercevoir les premières neiges et la route devient de plus en plus escarpée. Au début de l’ascension, on a du mal à croire qu’il est possible de skier dans ces montagnes. La température est entre 15 et 20 degrés au mois de février… Puis nous arrivons au Mont Olympe, à presque 2000 m d’altitude et là un paysage familier saute aux yeux : c’est comme le Mont Ventoux en hiver ! La neige est abondante et on croise quelques skieurs. C’est un peu « floklo » : certains n’ont même pas de gants ! Ainsi les chypriotes et quelques touristes en quête d’originalité se retrouvent sur les 4 pistes du mont Olympe.

Nous en fin d’après midi, nous descendons en direction de Paphos, à la pointe ouest de l’île. Sur le trajet, nous nous arrêtons au monastère de Troodista. Une très belle bâtisse du XIII siècle construite au creux d’une falaise encaissée, surplombant des cultures en terrasse et une vallée magnifique. Dommage qu’il ne soit pas ouvert au public.

Arrivés à Paphos, nous rejoignons notre hébergement pour la nuit : le club St Georges. Situé à 8 km du centre de Paphos, il bénéficie d’une vue fabuleuse, surplombant la ville et la mer. Nous sortons en soirée au centre ville, dans le quartier d’Agiou Anthoniou, qui, on le devine, doit bénéficier d’une animation tonique en été et en février c’est plutôt fantômatique… Nous trouvons toutefois une bonne taverne pour nous sustenter. Au menu : Stiflano (sorte de bourguignon à la sauce chypriotte) et moussaka. Sans oublier le délicieux baklava en dessert !

Mardi : Paphos et Limassol
Direction le « tombeau des Rois » : un cimetière antique utilisé entre le 3ème siècle avant JC et le 3ème siècle après. Il est situé sur le rivage. Aucun roi n’y est enterré, ils s’agit de riches notables de Paphos. Ce nom lui a été donné en rapport avec la richesse du lieu. En effet, la culture de l’époque inspirée d’Egypte antique, voulait que les défunts demeurent après leur mort dans des endroits aussi somptueux que ceux où ils vivaient. D’où d’impressionnant tombeaux avec des colonnes, des couloirs, des chambres funéraires… On peut même descendre à l’interieur pour jouer les « tomb raiders ». Une très belle balade qui prend entre 1h30 et 2h suivant si vous souhaitez tout voir ou non.

Le programme étant un peu serré, nous faisons l’impasse sur le site archéologique à 2km au sud, parait-il tout aussi intéressant, pour nous diriger vers le fameux rocher d’Aphrodite, situé entre Paphos et Limassol. Une fois garés, on passe  sous la route par un tunnel piétonnier qui nous amène directement à la plage d’Aphrodite. La légende dit que c’est à cet endroit qu’elle est venue au monde, en sortant de la mer. Attention : il y a plusieurs rochers et le plus gros n’est pas celui d’Aphrodite, c’est celui qui est juste derrière. Pour le voir il faut grimper tout en haut du premier (prévoir une bonne paire de tennis). Vous pourrez également admirer la vue sur les eaux turquoise du site, l’une des plus belles de l’île.

La suite du programme : souvlaki et shopping à Limassol. Il s’agit d’une grande ville située au sud de l’île.  Nous manquons de peu le carnaval de Limassol qui a lieu autour du 10 mars mais déjà  nous pouvons admirer ici et là de grandes statues qui l’annoncent. Petite halte par une église bysantine où on peut admirer les ornementations et le style baroque. Retour à Agia Nappa.

Mercredi : Nicosi
Nous voici à Nicosie (Lefkosia en chypriote), la capitale de l’île. C’est en fait 2 capitales en une : une partie grecque et une partie turque depuis qu’une ligne a été tracée au crayon vert par un officier britannique, suite à des violences entre les 2 communautés. En 1973, l’armée turque envahit la partie nord de l’île et la partie nord de la ville, pour protéger la communauté turque. Une zone tampon est alors installée par l’ONU avec des postes frontière, dont le principal est piétonnier, tout en haut de l’artère principale : la rue de Ledra. Les 2 parties de la ville n’ont rien à voir : Nicosie sud est très européenne avec ses boutiques chiques et ses grandes marques internationales. Au nord c’est plus dépaysant : petites ruelles, marché de légume, caravansérail, mosquées, la ville est plus orientale.  Nous sommes surpris par la beauté de la mosquée Selimiye. Il s’agit en fait d’une cathédrale gothique du XIIIème siècle : Sainte Sophie, bâtie sous Louis IX et transformée en mosquée par les Ottomans au XVIème siècle : ils ont en fait rajouté les 2 minarets et remplacé les ornements chrétiens par les musulmans, mais sinon la structure de la cathédrale reste intacte. Un autre lieu incontournable : le caravansérail de Büyük Han. Une énorme bâtisse de  pierres abritant quelques restaurants de spécialités turco-chypriotes, très fréquentés. De retour à Nicosie Sud, nous découvrons le musée municipal Levantis, qui retrace toute l’histoire de la ville depuis le néolithique jusqu’à nos jours, sans oublier le terrible siège de l’armée ottomane en 1570 : un véritable cataclysme  pour la ville puisque 50 000 nicosiens ont perdue la vie, les survivants ayant terminé en esclavage. Même les doubles remparts byzantins qui entourent la ville de manière circulaire n’ont pas pu résister.

 

En soirée nous nous amusons à passer d’un côté puis de l’autre de la frontière en testant la bière turque « Efes » (1,5 € la pinte côté turc) pour revenir faire la fête dans l’un des nombreux pubs du côté grecs.

Jeudi : découverte des villages de la Mésorée
L a « Mésorée » est une région montagneuse située entre Nicosie à l’est, Kyrenia au Nord et le massif de Troodos à l’ouest. Depuis Nicosie, nous nous dirigeons sur le site antique de Temessos. C’est une étape d’Ulysse dans l’Odyssée d’Omer : une ville de commerce où Ulysse se procure du cuivre (cette ville était connue à l’époque pour sa production de cuivre). Le site n’est pas immense, vous trouverez peut être plus d’intérêt à 2km au niveau du monastère de Agios Irakleidios, nous ne pourrons malheureusement pas le visiter étant fermé entre midi et 14h30. Un peu frustrés, nous nous rattrapons sur le monastère de Machairas plus au sud : un véritable bijou. Nous sommes d’abord stupéfaits par la beauté du site : niché en haut d’une montagne, pour l’atteindre il faut monter le long d’une route escarpée, le paysage est magnifique : on a envie de s’arrêter à chaque virage pour prendre des photos : mélange de montagne et de garigue. Le monastère est du 12ème siècle. On est tout de suite sidéré par le silence qui y règne. Certaines parties sont ouvertes au public dont la chapelle magnifique en son cœur : une richesse colossale.
Sur le chemin du retour à Agia Nappa, nous nous arrêtons au village de Lythrodonthas avec sa place centrale qu’on imagine fort sympathique en saison estivale. Les habitants, retraités pour la plupart en hiver, sont extrêmement accueillants. On retrouve les papys au café jouant au Baggamon. Nous nous arrêtons dans l’échoppe du village où on trouve les produits de base et quelques denrées locales : nous achetons du miel et de l’huile d’Olive à des prix imbattables ! Il est un peu tôt pour dîner, mais en face, une taverne propose d’excellents testicules de porcs, ce sera pour une prochaine fois…

Vendredi : plage et Famagouste
Ce matin, nous sommes décidés à profiter de la plus belle plage de l’île (parait-il), celle de Nissi Beach à Agia Nappa. Une plage de sable blanc avec à quelques mètres un ilôt où on peut très facilement jouer les explorateurs. Comment résister à cette eau cristalline et peu profonde ? Les 16/17° en février peut-être… peut importe, moi j’y vais ! La première baignade est relativement saisissante, mais les suivantes sont assez faciles, d’autant plus que le soleil et l’absence de vent font que l’on a absolument pas froid en sortant. A partir de mai cela doit être un vrai régal !

La baignade terminée, nous partons pour Chypre Nord et la cité de Famagouste.
Famagouste est une vieille dame : elle est née au 12ème siècle avant JC, à l’âge de bronze. C’est une ville fortifiée avec des remparts vénitiens. La vieille ville est vraiment charmante, on la parcoure à pieds . A voir : la cathédrale St Nicolas, transformée en mosquée, l’église de St Paul : l’intérieur est complètement dépouillé, cela fait drôle de voir une église sans ses centaines de chaises et d’ornements, mais ce n’est pas plus mal, cela permet de profiter entièrement de la beauté de la pierre, un regard différent sur un monument. La Tour d’Othello (en rapport avec la pièce de Shakespeare) époque Lusignan avec ses pièces dérobées , et bien sur les bastions des remparts de la ville. Légèrement au nord, vous trouverez le site antique de Salamis. Prévoir une bonne demi journée pour tout vérifier.

La gastronomie Chypriote
Chypre est une destination ou l’on mange bien. On est enté à chaque coin de rue par les parfums de viande grillée et d’épices. Le mieux est encore de céder à la tentation comme le disait Oscar Wild, et la meilleure manière d’y céder est de vous rendre dans une taverne. Notre préférée : « Taverna Agia Nappa ». Il s’agit d’un restaurant familial, l’accueil y est exceptionnel. Mention spéciale pour le « Haloumi », vous ne pouvez pas aller à Chypre sans le gouter si vous n’êtes pas végan ! Il s’agit d’un fromage salé, plus ou moins mariné et passé au grill : dé-li-cieux ! Les autres plats incontournables : le souvlaki évidemment (brochettes de porc), le Keftiko (agneau cuit lentement au four traditionnel d’argile), très fort en gout, fondant. Le stiflado : genre de bourguignon chypriote, le poulpe au vin rouge. Si vous avez du mal à chosir, optez pour les « Mezze » (viande ou poisson/fruits de mer) : pour un minimum de 2 personnes, ce sont des petits plats à partager qu’on vous apporte au fur et à mesure. Attention : prendre son temps et ne pas se jeter sur la salade et la délicieuse pita (pain grec grillé) qu’on vous apporte au début, sinon vous ne pourrez pas finir, c’est très copieux.

En esperant que cela vous donne envie de découvrir Chypre, nous sommes convaincus que comme nous vous serez conquis par son charme, la beauté de ses paysages, ses plages et ses mezzes.

 

Une escapade à Amsterdam

Et si on vous organisait un séjour à Amsterdam ?
Situé à 1h30 de Paris en avion et 3h en train, cette capitale toute proche de chez nous est parfaite pour être explorée entre célibataires.
Pour visiter la ville, quel meilleur moyen de locomotion que le vélo ! La Hollande l’autre pays du fromage mais aussi le pays du vélo. Là bas tout est plat, il est donc trés facile de circuler. Toutes les infrastructures de la ville sont présentes pour faciliter la vie des cyclistes. Mais évidemment, tout le monde roule à vélo, alors attention à la circulation, la confrontation piétons, voitures et vélos peut vite être compliquée…
En tout cas, nous touristes solos, nous nous précipitons dans une location de vélos. Il y en a beaucoup sur Amsterdam, vous en trouvez un pas loin de votre hôtel c’est sûr ! Les tarifs sont relativement intéressant : 18€/jour assurance comprise. L’assurance servirait si jamais le vélo devait être dégradé ou volé. En tant que touristes prudents, nous ne pouvons que vous conseiller d’y souscrire.


Vélo en main, pour notre première approche de la ville d’Amsterdam, nous décidons d’aller explorer les plus beaux canaux de la ville.
Entre ceux du Herengracht et et ceux du Prinsengracht, nous admirons les plus beaux édifices de la ville. De vrais merveilles et romantiques à souhaits.
Non loin des canaux , il y a la maison D’Anne Franck : monument incontournable à Amsterdam. La même maison où elle resta cachée avec sa famille avant d’être déportée. Mais il faudra vous armer de beaucoup patience pour le visiter car la foule est bien présente. Le plus sage est de réserver son billet en avance sur internet, vous y gagnerez du temps et de l’énergie ! La visite est trés authentique, avec les pièces de la maison où vivait Anne Franck mêlé de documents vidéo et audio, trés émouvant…
En matière de musée, la ville est trés riche, et il faudra forcément faire des choix. En tant que célibataire averti, nous décidons de visiter le musée Van Ghogh, nous sommes vendredi soir et ce jour là il y a des nocturnes. Et quelles nocturnes !!! Dans la salle d’accueil, il y a un DJ, un apéritif dinâtoire juste avant de commencer la visite avec des jeux de lumières façon stroboscope. Tout cela est trés festif dans cette ambiance un peu bohème, une très originale entrée en matière. Ca vaut vraiment le détour ! Puis place à la visite : audio-guide indispensable. La visite est trés vivante et interactive.
Maintenant il est temps de profiter de tous les charmes que nous offrir cette ville.
Que serait un week end entre célibataires sans les soirées festives !
Ici, il y en a pour tous les goûts : entre les cafés bruns où déguster un panel de bières diverses et variés,  les restaurants argentins pour se régaler de steack grillées, les coffes shops, les allées sombres du quartier rouge, il y a de quoi faire !!! Attention aux excés, ici tout est facile, voire trop facile…
Après avoir gouté aux plaisirs nocturnes que nous offre Amsterdam, il est temps d’aller découvrir ces petits échoppes pour déguster de délicieux fromages ! Entre Edam et Gouda et autres délices, il y a de quoi satisfaire nos appétits. Des plus jeunes au plus affinés, vous trouver forcément votre bonheur, les amsterdamois vous donneront de judicieux conseils pour les accommoder autour d’un bel apéritif. Quel bonheur de se retrouver  entre célibataires autour d’une bonne table bien garnie !

Bref, un charmant week end tout prés de chez nous, pas cher et festif : une destination idéale pour partir en vacances entre solos !!!

 

 

 

 

 

Un Week-end à New York

Aprés toutes ces années d’envie et d’attente, nous avons enfin fait le grand saut pour croquer à pleines dents la  » grosse pomme « . Nous nous sommes jetés à corps perdus dans la mythique New York. Nous y sommes enfin , pressés de la rencontrer, de la confronter à nos fantasmes.

20151025_161510   20151026_154955

Cette arrivée tardive nous amène immédiatement dans les rues de Time Square. ÉLECTRISANT, FASCINANT, voilà ce que nous inspire cette longue avenue éclairée de milles feux. Il fait nuit, mais nous avons l’impression d’être en pleine journée tant la rue est éclairée. Devant nous se dressent de gigantesques panneaux publicitaires, il y en a partout, et nous ne savons plus où regarder. La magie new-yorkaise opère…C’est hypnotisant… Il y a des boutiques, des restaurants, des salles de spectacles à une échelle totalement surhumaine. Nous nous faisons happés par cette atmosphère démentielle, le temps s’est arrêté quelques instants, nous sommes incapables de parler et nous nous laissons porter…
20151023_194708 20151023_201511

Aprés une bonne nuit de sommeil et des étoiles encore plein les yeux, direction Litte Italie et ChinatownLittle italy est un quartier trés charmant où se succèdent diverses pizzérias et trattorias au style tout à fait italien, mais pas trés authentique. Tout cela est trés coquet quoiqu’un peu surfait, mais cela vaut le coup d’oeil ! En continuant, nous arrivons à Chinatown. En plein dans le vif du sujet, on ne sait plus trés bien si nous sommes à New york ou ailleurs. C’est jour de marché, il y a des étals de fruits exotiques, de fruits de mer à profusion. Un régal qui met l’eau à la bouche, ce qui nous permet de nous arréter dans un petit restaurant chinois, pour déguster quelques spécialités locales, si je puis dire… En tout les cas, cette pause aura eu le mérite, outre de rassasier nos estomacs affamés, de nous réconcilier avec la cuisine chinoise : un vrai délice contrairement à ce qui se dit, bien différente de la cuisine vietnamienne que les europeens ont l’habitude de consommer.

20151024_105741

Aprés cette pause culinaire direction, le pont de brooklyn. Pour cela, nous traversons un parc fréquenté par tous les habitués du quartier chinois, on y joue au mahjong, on y fait des paris, il y règne une ambiance trés particulière où nous n’avons pas notre place, doucement nous nous éclipsons.
Il nous faut quelques minutes pour se trouver devant lui : The Brooklyn Bridge ! Cet imposant pont d’une longueur de 1,8 km se traverse à vélo ou à pied. Ce pont est dans tous les esprits, il nous a tous marqué d’un façon ou d’une autre à travers des magazines ou bien des séries à la télévision, et maintenant nous sommes dessus. Nous avons une vue magnifique sur toute la skyline, d’ailleurs, nous le reprendrons aussi de nuit, la vue est d’autant plus magnifique, c’est presque féerique. Mais attention tout est très règlementé sur ce pont : les piétons d’un côté, les cyclistes de l’autre et pas de débordement sinon gare aux remontrances ! Et maintenant Brooklyn : c’est immense une ville dans une ville. Si elle était indépendante elle serait la 4eme ville des Etats-Unis apres New York ! d’ailleurs elle fut longtemps une ville à part entière et n’est rattachée à New York que depuis 1898. Mais nous n’avons qu’une demi-journée, il va falloir faire vite! tout d’abord Dumbo le petit quartier tout au bord de l’eau qui se situe entre le pont de Brooklyn et le pont de Manhattan, un vrai décor de cinéma ! Ensuite Brooklyn Eights, Downtown, Fort Greene et williamsburg.

20151024_194108 20151024_171108

Ce charmant bourg est réputé ses soirées musicales trés fréquenté des « bobos » new yorkais, la capitale des Hipsters. Bref c’est l’endroit rêvé pour une pause bien méritée aprés tous ces kilomètres avalés.

Dimanche matin : Harlem et les fameuses messes gospel s’imposent! Nous ne pouvons que vous conseiller de vous lever tôt pour pouvoir assister à l’une de ses messes. Plusieurs églises sont indiquées dans les guides touristiques mais elles sont prises d’assaut par tous les touristes et ce sont souvent messes « spectacles » où la communion avec les chanteurs est plus aléatoire. Peut être aurait il mieux fallu aller dans une église plus discrète, ou bien demander aux new yorkais eux mêmes qui sauront vous indiquer le bon endroit. D’ailleurs petite parenthèse à ce sujet : la gentillesse des new yorkais: tout au long de notre périple, nous aurons été marqué par la gentillsse de ces gens ! A chaque fois que l’on cherchait quelque chose ou que l’on avait l’air embêté, tout de suite, sans que l’on demande quoique ce soit, quelqun s’est proposé pour nous aidé à trouver une direction, une ligne de métro, un resto…D’ailleurs un grand merci à tous ces gens : Jim , Julian ou Isabel qui ont pimenté notre séjour en nous faisant découvrir des endroits fabuleux que nous n’aurions jamais connu sans eux! Une chose est sûre il fait bon vivre à New York !
Donc, revenons à Harlem, quartier bien sympathique où après avoir vu une messe gospel, nous décidons de goûter à la Soul food américaine. Tout d’abord, on paye au poid : il faut prendre une boite, vous la remplissez de toutes les bonnes choses qui vous font envie, vous passez à la caisse pour la pesée et vous payez.
NB : les bananes plantain sont les meilleures que n’ayons jamais mangées !!!!

20151025_143124 20151025_133221 20151025_123837

A propos de l’addition dans les restos, les fast food ou autres : lorsque que vous aller manger quelque part il faut systématiquement rajouter 15% de taxes par apport au prix initial et 15% de tip (pourboire) si vous vous faites servir, attention car l’addition peut très vite devenir très salée !
Il fait un soleil magnifique, c’est le temps idéal pour Central Park ! Il y a plusieurs possibilités de se promener dans le parc : soit à pied, soit à vélo. Dans le second cas, c’est trés pratique car cela permet vraiment de parcourir le parc sur toute sa surface. Par contre, c’est un circuit très classique et conventionnel. A pied est très agréable pour une promenade, pour profiter de tous les petits recoins du parc, de pouvoir sortir du chemin classique. L’ambiance y sera bien plus bucolique et calme. A vous de voir !

20151025_161510 20151025_161742

Central Park offre une grande diversité de distractions : un lac sur lequel vous pouvez faire du bateau, des zones aménagées pour les enfants, une patinoire en hiver, une piscine en été, un amphithéâtre, un zoo, sans compter le MET : Metropolitan Museum of Art ! Il se trouve sur le côté est de Central Park. Le visiter est une étape indispensable lorsque l’on vient à New York. Des visites guidées gratuites en français ont lieu tous les jours à 11h, c’est intéressant car cela nous donne une bonne introduction pour la visite du musée. Ensuite, à vous de vous perdre dans les méandres des ces innombrables salles. Si vous ne voulez pas vous perdre, peut être est il plus judicieux de choisir les thèmes que vous souhaitez regarder. Si vous visitez le MET l’après-midi, avant de partir il faut monter au balcon du grand hall afin d’admirer le coucher de soleil en écoutant de la musique classique et en sirotant un cocktail… Apres cette pause délicieuse, la journée n’est pas terminée ! Il fait nuit maintenant sur New York, c’est le moment parfait pour monter au sommet des grattes ciel : le Rockfeller Center. De la haut nous avons une vue imprenable sur New York, les buildings et même l’Empire State Building ! Il y a possibilité de prendre un billet pour le voir de jour et de nuit. Nous avons seulement fait la visite de nuit pour le côté féérique de toutes les lumières de la ville mais je pense que monter au Top of the Rock le jour est aussi très intéressant car l’on a une vue imprenable sur Central Park et sur toutes les grandes avenues, à vous de voir !

20151024_222528 20151026_095136

Nous sommes déja lundi, le temps passe trés vite ici, encore 2 jours ! Mais aujourd’hui cela s’impose c’est journée shopping ! Il y a une foule de boutiques diverses à prix trés interessant, des magasins outlet défiant toutes concurrences. On pourra y trouver toutes sortes de produits de marques célèbres le tout dans un budget raisonnable. Mais ne l’oublions pas nous sommes à New York où tout est est gigantesque, les boutiques n’échappant aucunement à cette règle ! Il faut prendre son temps, repèrer les différents lieux par quartier, enfin, s’il vous reste encore un peu de forces et si vos jambes supportent tous ces kilomètres engrangés!!! Nous avons ciblé sur le Macy’s ( 10 étages !!!) et sur le century 21 trés riche en produits démarqués.
Après ces exquises futilités, nous décidons d’aller sur la trace du mémorial du World Trade Center (celui-ci se trouve à 2 pas du century 21). Pour visiter le musée, il vaut mieux réserver en avance sur Internet afin d’éviter les files d’attentes sans fin. C’est un endroit magnifique. A la place des 2 tours jumelles, 2 puits géants avec de l’eau qui coule sans cesse. Les noms des personnes présentes dans les building sont gravés dans le marbre de ces puits. C’est un moment très émouvant, la symbolique y est très réussie. A défaut d’être reconstruites à l’identique, les twin towers sont remplacées par plusieurs tours dont la « Freedom Tower » qui domine maintenant la skyline : la vue depuis le top of the Rock du Rockfeller Center y est époustouflante. Entre les 2 bassins, on pourra venir admirer et toucher le « miraculé du 11 septembre »,  le poirier seul survivant de la forêt de chênes qui ornait jadis la place du World Trade Center.

20151026_154955 20151026_154933 20151026_154126 20151026_153317

Pour cette avant dernière soirée, il reste quelque chose de typiquement new-yorkais à faire : s’arrêter dans un speakeasy. Ces bars à la réputation clandestine (que l’on peut facilement trouver sur internet !) où l’on peut écouter du jazz en dégustant quelques boissons pas très conventionnelles. Ce sera à Greenwich Village! Après nous être rassasiés d’un copieux hamburger, nous voilà partis à la recherche de ces bars tant convoités. Même si nous trouvons facilement toutes sortes d’adresses sur Internet, il faut les trouver et là tout se complique ! Heureusement que la gentillesse des habitants œuvre pour nous, nous voilà embarqués dans un endroit légèrement à l’abri des regards que seuls les habitués peuvent connaitre. De ce bar plongé dans la pénombre s’élève une voix grave et chaude, le temps s’est arrêté quelques instants, l’orchestre joue et nous entraine avec lui et avec cette inoubliable chanteuse. Malheureusement pour nous, nous sommes exténués, par cette folle journée et emportés par la fatigue, nous nous échappons à contrecœur, il y reste encore une journée et quelle journée !

Ce matin, une promenade très originale : La High Line. Ce sont des jardins suspendus qui traversent la ville. Le charme bucolique du chemin est en parfaite contradiction avec son milieu originel : la ville. Et c’est bien là tout son intérêt ! Elle commence le long d’un voie de chemin de fer, mais plusieurs entrées sont possibles, et donc plusieurs sorties aussi. Il faut compter 1h30 pour la traversée complète des jardins. Ce moment de flânerie est tout bonnement exquis, une petite pause dans cette ville où tout va à 100km/h !

20151027_123355 20151027_115506

D’ailleurs, il faut continuer car il y a quand même quelque chose qui n’a pas encore été évoqué, un symbole à elle toute seule : La Statue de la Liberté ! Certains diraient le meilleur pour la fin, en effet il était temps de la voir! Mais d’abord pour accéder jusqu’à elle, une enjambée par Wall Street ! On peut voir la statue du fameux taureau en bronze, le symbole de ce quartier qui se veut être positif et optimiste. Il faut maintenant passer par Battery Park, où les écureuils viendront vous manger dans la main, vraiment ils sont très mignons et pas du tout craintifs, pour accéder aux ferry pour se rendre à la Statue de La liberté. Il y a plusieurs solutions pour l’approcher, mais pour résumer la chose, plus on veut la voir de prés, plus il va falloir s’y prendre à l’avance et s’organiser. Par exemple, pour monter tout en haut dans la couronne, il faudra réserver bien longtemps avant votre venue, sur Internet. Si c’est pour l’approcher de plus prés sans forcément monter dedans, il faudra prendre un ferry. Encore une autre alternative, celle que nous avons choisi, nous prenons un autre ferry, gratuit, pour aller à Staten Island. Il n’accoste pas sur Liberty Island et ne permet pas de visiter la statue, mais cette solution offre une vue imprenable sur le monument, et si vous faites la traversée à la tombée de la nuit, vous aurez un point de vue extraordinaire sur la Skyline.

20151027_171930 20151027_154258 20151027_172405

Pour notre dernière soirée, nous décidons d’aller explorer East Village, un creuset de l’immigration où environ 40 nationalités différentes se côtoient. C’est un quartier très agréable, très à la mode et très fréquenté les New-Yorkais pour passer une bonne soirée à écouter la musique, boire un coup et plus si affinité…! Nous décidons de prolonger cette dernière soirée en retournant sur Time Square, histoire de prendre un dernier bain de ces inoubliables illuminations. Nous nous asseyons sur l’estrade au bout de l’avenue, et nous repensons à notre inoubliable séjour à New York… Jamais nous n’oublierons la gentillesse et la générosité des New-yorkais, cette joie de vivre qui émane d’eux que ce soit dans le métro ou dans la rue. Jamais nous n’oublierons ces buildings étincelants de lumière qui font vivre notre imaginaire, et nous y retournerons…

Week-end à ROME

Un long week-end à Rome (repérage par Soloways)

Jeudi

Nous partons de l’aéroport de Lyon assez tôt, avec la compagnie Europe Air post, direction l’Italie. Horaires respectés. Jusqu’ici tout se passe comme sur des roulettes, on a même le temps d’acheter le roma pass avant le transfert (outil qui s’avérera indispensable pour visiter ROME et trés rentable en plus). Là ça se complique un peu : on est un groupe de 50 personnes et il faut attendre tout le monde. Notre conseil : même si les transferts sont inclus dans le forfait, prenez le métro (pour cette destination nous n’inclurons pas le transfert) !

Arrivée à l’hôtel Pineta Palace 4* : nous avons une faim de loup, nous engloutissons rapidement un premier plat de pâtes  avant de partir découvrir la ville éternelle. L’hôtel en lui-même est correct, les chambres sont assez grandes, la literie est bonne, quelques soucis d’insonorisation mais le plus gros inconvénient c’est l’emplacement : il est situé à une bonne demi heure du centre et pour le rejoindre il faut marcher, prendre un bus, marcher et prendre le métro. Un hôtel au centre ville (ce que nous sélectionnerons pour vous) même si c’est un peu plus cher c’est quand même mieux.

Découverte du centre de Rome de la fontaine de Trevi à la piazza de Spagna
Nous sortons du métro à la station Barberini, place « Tritone » : avec une fontaine représentant un triton. Direction la fontaine de Trevi : aussi majestueuse qu’elle est bondée. Difficile d’y avoir accès directement. Nous sommes sidérés par une telle beauté. Comme la tradition l’exige, chacun y jette sa petite pièce, il paraît que la municipalité récupère 4000 € chaque nuit. Cliché oblige : n’oubliez pas de prendre une glace sur les lieux pour la déguster dans les petites rues qui vous amèneront doucement vers le panthéon : avec sa coupole impressionnante qui donne le vertige à force de regarder vers le haut. Il faut dire que tout au long du séjour, vous aurez les cervicales à rude épreuve tant les plafonds des divers monuments (villa borghese, chapelle sixtine etc.) vous  subjugueront.

Nous arrivons tranquillement à la piazza Navona : une des places les plus emblématiques de Rome, immense avec ses 2 fontaines et ses restaurants touristiques tout autour. L’endroit nous a tellement plu que nous y reviendrons le lendemain pour déguster un « tartuffo », spécialité romaine : une sorte de brownie glacé avec du chocolat noir extra et fondant à l’intérieur (10 € tout de même). Place très vivante avec beaucoup de monde avec des gars qui font les statues, les faux fakirs, les musiciens de jazz/bossa, ça vaut le coup de s’y arrêter boire un verre et contempler toute cette vie. D’ailleurs c’est ce que nous ferons sur la place suivante : « Campo dei fiori », le même genre mais en plus « mignonne ». Une petite faim nous tenaillant, nous remontons en direction de la place d’Espagne en s’efforçant d’éviter les grands axes, nous découvrons alors des petites trattoria (petits restos) charmantes avec l’ambiance un peu genre « la belle et le clochard ». Au menu : jambon de parme en abondance, spaghetti maison « caccio et pepe » (fromage et poivre) et « a l’arrogosto » (au jus de viande roti) sans oublier l’huile d’olive et le vinaigre balsamique. La place d’Espagne : c’est un peu là où il y a tous les créateurs et les marques de luxe : un délice pour le shopping haut de gamme !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vendredi

Il fait un beau soleil c’est la journée  parfaite pour aller visiter les jardins de la villa Borghese . Les jardins sont immenses, bordés de musées et de galeries. C’est un endroit parfait pour les rencontres entre célibataires : on peut louer un vélo ou un tandem et déguster un pianino sur l’herbe. La galerie Borghese est une exposition de tableaux de peintres de l’époque de la renaissance.
Ensuite direction, le Colisée : un colosse ! Le monument est impressionnant…  Il a y a beaucoup de monde, énormément même , une file d’attente à n’en plus finir . Mais en tant que touriste un minimum organisé, nous avons acheté à notre arrivée le « roma-pass » ! cette petite carte est fabuleuse, elle coupe la file d’attente et permet de ne pas attendre. Quel petit bonheur de passer devant tout le monde…

Dans l’arène, l’effet est immédiat, on imagine le spectacle de gladiateurs… Dans la fosse, il se déroulait aussi des jeux aquatiques : celle-ci était remplie d’eau et ici sont nées les 1éres joutes.  L’empereur  Néron en profitait également pour s’y octroyer un lac privatif !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En face : forum romain : une véritable ville romaine avec ses villas luxueuses, son temple et ses prisons (pas de super marchés a priori).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Samedi

C’est parti pour l’ancien quartier juif, bordé de monuments aux briques rouges, c’est un endroit magnifique où il est agréable de se promener et de se laisser aller… On y trouve un marché couvert typique où sont vendus des spécialités romaines : un délice visuel, olfactif et gustatif aussi : vous dégusterez les « prosciuttos, pecorino » et autres plaisirs de la table, et en plus pour un prix très abordable. mais il faut se dépêcher, cet après-midi c’est le Vatican. En plus d’être ultra touristique, c’est un weekend end particulier, car le lendemain, il y a la canonisation des 2 Papes « JEAN PAUL II et JEAN XXII » , donc un monde insensé vêtu de sacs à dos, tentes et duvets venu assisté à la cérémonie.

conseil : réserver sa place sur internet (sur le site officiel du Vatican) avant le départ. C’est 4€ plus cher mais cela vous permet de ne pas faire la queue et croyez-nous ça les vaut ! Sinon c’est 3h d’attente… Une fois à l’intérieur comptez environ 3h de visite, les salles sont somptueuses et parfois inattendues, on finit en beauté par la Chapelle Sixtine. Il est possible aussi de visiter la Basilique St Pierre (c’est une option que l’on commande sur internet, sinon risque de ne pas pouvoir y accéder en raison d’un trop grand nombre de personne), mais pas aujourd’hui ! La basilique est fermée pour cause de canonisation. Malgré une météo capricieuse, les fidèls sont bien décidés à dormir sur place et investissent les lieux afin d’être présents à l’évènement. Chaque petite parcelle de trottoir, chaque tronc d’arbre est pris d’assaut pour servir de campement improvisé. On se serre, on a peur de se perdre, c’est excitant et exaltant…

La soirée se poursuit paisiblement dans un bar à vin, demain c’est le départ. A ce moment-là nous sommes habités par cette  ville, une impression de nostalgie très présente, qui ne nous quittera pas.

Pour conclure, Rome est une ville unique aux multiples ambiances. On a la Rome antique, la Rome romantique, la Rome baroque, la Rome moderne… Ce qui est bien c’est qu’elle n’est pas très étendue pour une capitale, on peut donc tout faire à pieds sur quelques jours. Par rapport à la formule « Italowcost » : comme le nom l’indique, c’est pas cher mais cela a quand même des inconvénients : transferts longs, hôtel non choisi et excentré. Nous ne retiendrons donc pas cette formule pour nos clients. Nous préférons vous sélectionner un hôtel dans l’hyper centre pour que vous puissiez vous imprégner de l’ambiance romaine à 100%, rentrer à l’heure que vous souhaitez sans contrainte horaire, quit à ne pas inclure les transferts (très faciles depuis l’aéroport) et à sélectionner un hôtel un peu plus cher.